a(c)crocs

29 mai 2010

In de Wulf...jouer les petits chaperons rouges...

Tout avait commencé par cet article de Caroline. De ses photos émergeait une séduction telle que ma pensée dès lors en devenait fixe. Tel le petit chaperon attiré par les sentiers hors piste, par les bois profonds et mystérieux, j'étais irresistiblement aimanté par la lande flamande, la brume de Dranouter, la sensualité brute de la cuisine de Kobe.
Je voulais me perdre dans les champs, prendre la mauvaise sente, demander mon chemin en langue inconnue. Je voulais mériter cet instant hors-temps. C'est fou comme la valeur d'un trésor augmente incroyablement selon q'il est aisé ou non à découvrir. Cette fois-ci, il m'aura fallu me lever à l'aube, convaincre X de ne poser aucune question quant à la destination, mémoriser le trajet, tenir la route 2h30 durant, ne pas confondre Koudekostraat et Planciusplein... Et, un peu de pragmatisme, préparé psychologiquement mon porte-monnaie. Certes, mais ça en valait la peine.
Tel ce petit chaperon curieux et désobéissant, je voulais prendre des chemins de traverses, couper à travers bois, entrer dans la pénombre (pour y voir plus clair?). Lorsqu'un chemin tout tracé vous est imposé, suggéré, conseillé, que même votre propre conscience vous recommande cette voie, comme il est bon de flirter avec l'interdit, de prendre le risque, de choisir l'incertitude, l'inconnu et la folie, plutôt que la sécurité, le confort...et l'ennui. Peut-être ne trouvera t-on jamais le trésor, au pied de son arc-en-ciel, véritable chimère, peut-être le trésor ne sera t-il pas du tout à la hauteur de nos espérances, mais Dieu que la quête aura été bonne! Mais pour le coup, le butin égalera la course, car parfois oui, tout peut-être parfait.
La chasse au trésor prit fin à la découverte du discret écriteau en fer forgé annonçant "In de Wulf". Brrrr. Dans la gueule du loup, textuellement, nous y étions. Les chemins escarpés, les champs à perte de vue, voilà pour planter le décor. L'odeur des vaches, aussi, et le soleil, inespéré. C'est fou comme si peu de choses peuvent vous faire sentir si bien.

 

La poésie qui émane de ce lieu se retrouve dans chacun des écrits le concernant. Et quand Sophie vous traduit cet envoutement en parlant d'envolée lyrique, alors, il n'y a plus qu'à se laisser porter par le charme...

 

Des tonalités brutes, de pierre, de brique et de bois, adoucit par le printemps naissant, la tiédeur et la nature environnante. Un accueil sobre, simple et...c'est con hein, mais juste vrai: accueillant. Une place au soleil, le bruit de quelques abeilles égarées, un verre de vin blanc pour accompagner des chips de betterave et yaourt, du pop-corn porc-moutarde ou plus simplement ce pain divin. On vous parle là de vrai pain, avec une grosse croûte par endroits brûlée, une mie à la fois dense et alvéolée, franche et gouteuse. Pour les amateurs, saindoux et beurre doux de la région.

Le grand méchant loup a du goût et des idées, un regard franc, le coeur à l'ouvrage, et ce supplément d'âme (inverifiable il va de soi) qui transcende les assiettes. Quatre heures de dégustation, aucune précipitation, le temps coule doucement, le soleil décline et l'on se s'apperçoit de rien.

On voudrait rester là, goûter encore. Il est 17h et Kobe vous parle de cette infusion à l'églantine quand vous le questionner sur l'espuma. Il est 17h et vous papoter émulsion, jeune cuisine et Danemark. Il est 17h et vous jeter un oeil à l'antre du loup (qui n'a rien ne grand et encore moins de méchant), cuisine refaite à neuf car "c'était le café de ma mère, elle avait tout agencé avec de la récup, deuxième main c'est comme ça que l'on dit non?", équipe silencieuse, sourires malicieux. Ils doivent en voir passer, des curieux... Il est bien plus de 17h et l'on parle encore (toujours) cuisine, Kobe parle du futur voyage au Noma avec l'équipe, on parle nous déjà de notre futur passage dans ses bois...

Quand les images parlent d'elles-même, illustration d'une échappée belle

IMG_6535__1600x1200_

 

IMG_6536__1600x1200_IMG_6545__1600x1200_
IMG_6546__1600x1200_IMG_6554__1600x1200_
IMG_6555__1600x1200_IMG_6556__1600x1200_

 

IMG_6557__1600x1200_IMG_6558__1600x1200_
IMG_6562__1600x1200_IMG_6566__1600x1200_
IMG_6567__1600x1200_IMG_6569__1600x1200_

 

IMG_6585__1600x1200_IMG_6589__1600x1200_
IMG_6591__1600x1200_IMG_6592__1600x1200_
IMG_6593__1600x1200_IMG_6595__1600x1200_

In De Wulf

            Wulvestraat 1
    8950, Heuvelland(Dranouter)
    Tel 057 44 55 67
    Fax 057 44 81 10
       

  • Menu lunch 45 euro, vins compris 55 euro, le midi en semaine
  • Menu du marché 75 euro, vins compris 95 euro, pas le samedi soir
  • * Menu dégustation 95 euro, vins compris 125 euro
  • Menu dégustation 115 euro, vins compris 160 euro, dernières commandes à 13h et 20h15

Posté par miss_bonbon à 11:40 - 11-Restos & co - Commentaires [5] - Permalien [#]

Commentaires

    Mais c'est où ce magnifique resto ?!!

    Posté par Parigote, 31 mai 2010 à 23:06
  • j'y vais en juillet. j'ai trop hate car tous les plats me plaisent

    Posté par marie, 02 juin 2010 à 08:08
  • Merci pour l'info et je trouve cela bien de mettre en retour un endoit magique. Bonne journée !

    Posté par Eléonora, 03 juin 2010 à 07:13
  • Délicieux partage merci
    Je te souhaite une très belle journée
    Valérie

    Posté par Valérie, 27 août 2010 à 10:13
  • Les photos parlent certes, mais dommage que tu ne commentes pas un peu... Et le vin ?

    Posté par Tiuscha, 20 décembre 2010 à 11:34

Poster un commentaire